Les populations de crabes et de saumons s’effondrent en mer de Béring

Des températures plus élevées en mer de Béring, dans l’océan Pacifique Nord, pourraient être responsables de l’un des niveaux les plus bas de capture de crabe des neiges de l’Alaska depuis plus de 40 ans, réduite de 88%.

Les scientifiques qui étudient les crabes des neiges tentent de comprendre ce qui est arrivé aux crabes, originaires des profondeurs des plateaux de l’océan Pacifique Nord. Ils ont découvert que le fond marin s’est réchauffé, poussant les crabes plus loin vers le nord-ouest et les eaux plus profondes. Les relevés estivaux ont également révélés une baisse de plus de 99 % des femelles immatures par rapport à celles trouvées trois ans plus tôt, ainsi que des baisses substantielles chez les mâles matures et femelles.

Cependant les scientifiques, témoignant devant le Conseil de gestion des pêcheries du Pacifique Nord la semaine dernière, ont noté qu’il y avait également eu un déclin massif de la population – pas seulement une migration hors des zones d’enquête.

C’est dans ce contexte que le département de la pêche et du gibier de l’Alaska a fixé la limite de capture de crabe des neiges pour 2021-2022 à 2540 tonnes, soit une baisse de 88 % par rapport à la saison dernière.

La récolte d’automne 2021 de crabe royal rouge de la baie de Bristol, une autre espèce exploitée abondamment, a même été annulée pour cette année en raison du trop petit nombre de femelles.

Des problèmes d’approvisionnement pourraient se développer et faire grimper les prix, s’ajoutant à la pénurie internationale de chair de crabe déjà en cours, en particulier concernant les crabes bleus.

Le Conseil du Pacifique Nord s’est également invité à faire davantage pour préserver la ressource en saumon dans la mer de Béring. Cela fait suite aux pêches désastreuses du saumon quinnat et kéta dans les rivières Yukon et Kuskokwim qui ont gravement affecté les populations autochtones de l’Alaska qui dépendent de ces poissons pour leur subsistance.

La cause du déclin des saumons de ces régions n’est pas bien comprise. Le réchauffement de la mer du Béring et les niveaux d’eau douce sont des facteurs que les chercheurs explorent.

« Pour la première fois de notre histoire, nous n’avons pas pu pêcher de saumons. Nous n’avons pas pu jeter nos filets dans la rivière », a déclaré Serena Fitka, directrice exécutive de la Yukon Drainage Fisheries Association, qui représente 42 collectivités rurales, dans une allocution au conseil.

« Nos traditions de pêche s’estompent. Est-ce le début de la fin pour le saumon du fleuve Yukon… Nous sommes en crise.»

Sources : Le JDS / Seattle Times / DFO / ABC News Denver /



Catégories :Environnement

Tags:, , , , , , ,

1 réponse

  1. Il est difficile de penser que le réchauffement des fonds marin de l’arctique soit dû à l’effet de serre du CO2
    Mais peut-être a-t-il un rapport avec la fonte des glaces qui, de toute évidence, fondent par le bas et non par le haut.
    Pourtant, cette fusion des glaces est l’un des arguments souvent donné pour prouver le réchauffement dû à l’effet de serre du CO2

    J’aime

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :