En 2011, chaque Espagnol a « donné » 1.781€ pour sauver le secteur bancaire

Bankia

94,4% des sommes débloquées par l’État espagnol au titre de l’aide d’urgence de 2011 ont été consacrées au secteur bancaire, selon un rapport publié par la Comisión Nacional de la Competencia (Commission nationale pour la compétitivité, CNC).

« 84,20 milliards d’euros ont été utilisés pour couvrir la honte du système bancaire espagnol, soit 7,8% du PIB espagnol de la même année, ce qui signifie que chaque Espagnol a contribué en 2011 à hauteur de 1.781,33 euros pour sauver le secteur bancaire.

D’autre part, les principales victimes de la crise économique, les citoyens et les entreprises, n’ont perçu que 4,5 milliards d’euros pour atténuer les effets dévastateurs de la crise à venir, ce qui montre bien où sont les priorités dans ce pays ».

Selon Mike « Mish » Shedlock, ce pourcentage peut facilement être étendu à d’autres pays, et en particulier aux Etats-Unis.

« Ce qui est surprenant, c’est l’admission implicite de vol du gouvernement, explicitement pour porter secours aux banques, au détriment des travailleurs et des autres classes », écrit Shedlock.

Quelques aient été les conséquences d’une absence d’intervention pour sauver les banques, nous y aurions tous gagné si ces plans de secours n’avaient pas eu lieu, conclut-il.

Sources : Express.be / GlobalEconomicAnalysis / Le JDS



Catégories :Banques, Economie, Espagne, Euro, Europe, Finance

Tags:, , , , ,

4 réponses

  1. €uro is money of $lave:

    il y a 2 moyen de conquerire et d asservire une nation:
    par l épée
    par la dette (euro is debt )

  2. je pense qu’on devrait tous monter voire nos dirigeants en grand nombre avoir une vive discussion avec eux, supprimer les grandes écoles… et reprendre le pouvoir par une vrai démocratie…encore faux t il accepter quelques sacrifices comme camembert steack à chier ps4 foot ball et les chtis…

  3. Faire quoi ? on ne peu rien faire. Si on en donne pas on tombe, si on donne on tombe. Faut mieux faire durer le vols encore quelque annés.

  4. Nous ne devons rien, nous ne paierons rien !
    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/10/nous-ne-devons-rien/

    Mon frère, ma sœur
    Pour ton peuple, il n’y a pas d’autre alternative
    Ou bien… ou bien…
    L’égoïsme ou le despotisme ?
    Et quand il vainc le despotisme
    Il est aussitôt gagné par l’égoïsme
    Les droits de l’homme n’y changeront rien
    Parce que l’homme est un ennemi pour l’homme
    Il ne songe à rien d’autre qu’à sa propre pomme

    Mon frère, ma sœur
    Ne cherche plus le peuple ailleurs qu’en toi-même
    Tu n’as ni frère, ni sœur… Sois le frère, sois la sœur
    de tous les abîmés, de tous les parsemés
    Qui ne savent plus où est leur intérêt
    Survivre ou faire semblant de vivre
    Non, le bonheur n’est pas dans le bonheur
    Mais dans la douleur
    Et ils ne triompheront pas sans cette douleur

    Mon frère, ma sœur
    Dis à ton peuple qu’il n’y a rien à instaurer
    Tant que la politique n’est pas restaurée
    Pas la peine de survivre tant qu’on ignore la fin à suivre
    L’humanisme n’est pas assez humain
    Ni l’homme assez malin
    Pour tendre la main à l’autre homme
    Charité n’est pas solidarité
    Sois solidaire et tu surmonteras ta précarité

    Mon frère, ma sœur
    Tu te donneras rendez-vous le 14 novembre
    Et dès que tu verras le premier homme
    Tu feras comme si tu avais vu toute l’humanité
    Tu le suivras sans rien lui demander
    Il te conduira jusque devant la porte
    Et elle s’ouvrira dès que tu auras prononcé le mot de passe :
    « pour prendre son destin en main
    Il faut cesser de croire au destin »

    Traduction Serge Bièvre

    hermano mio, hermana mia
    Para tu gente, no hay otra alternativa
    O bien … o bien …
    El egoísmo o el despotismo?
    Y cuando el pueblo derrota el despotismo
    se deja conquistar de inmediato por el egoísmo
    Los derechos del ser humano no cambiarán nada
    Porque el hombre es enemigo del hombre
    Dado que él sólo piensa en su propia cara

    hermano mio, hermana mia
    No sigas buscando el pueblo fuera de ti mismo
    no tienes ni hermano ni hermana … Consigue ser el hermano, la hermana
    de todos los estropeados, de todos los esparcidos
    Quiénes no saben donde esta su propio interés
    Sobrevivir o fingir vivir
    No, la felicidad no se encuentra en la felicidad
    Pero en el dolor
    Y no triunfarán sin este dolor

    hermano mio, hermana mia,
    Dile a tu gente que no hay nada a establecer
    Ya que la política no esta restablecida
    No vale la pena sobrevivir mientras se ignora la finalidad
    El humanismo no es lo suficientemente humano
    Ni el ser humano lo suficientemente listo como
    para tender la mano hacia otro ser humano
    Caridad no es solidaridad
    Hazte solidario para sobrepasar tu inseguridad.

    hermano mio, hermana mia,
    concierta una cita para el dia 14 de noviembre
    Y tan pronto como veras al primer hombre
    Haz como si hubieras visto a toda la humanidad
    seguilo sin pedirle nada
    te llevaras hasta la puerta
    la cuál se abrirá en cuanto le daras la contraseña:
    « Para tomar su destino en mano
    Debemos dejar de creer en el destino »

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :