La justice ordonne à Mediapart et au « Point » de retirer les enregistrements Bettencourt

Mediapart censuré par la JusticeLa justice a ordonné jeudi 4 juillet au Point et à Mediapart de retirer de leurs sites Internet respectifs les retranscriptions des enregistrements pirates réalisés chez Liliane Bettencourt par son majordome, estimant que leur diffusion constituait une atteinte à la vie privée de la milliardaire.

Les deux organes de presse doivent retirer, sous huit jours, tous les articles citant ces documents audio ainsi que les enregistrements eux-mêmes, sous peine d’une amende de 10 000 euros par jour de retard. Mediapart a aussitôt réagi en barrant la « une » de son site d’un large encart « Censuré ».

La cour d’appel de Versailles a également condamné les deux publications à verser chacun 20 000 euros de dommages et intérêts à Mme Bettencourt et 1 000 euros à son ancien gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre

« L’information du public (…) ne peut légitimer la diffusion, même par extraits, d’enregistrements obtenus en violation du droit au respect de la vie privée d’autrui », indique la cour.

Rue89 et Arrêt sur images se sont déclarés prêts, sur leur site Internet, à accueillir les retranscriptions des enregistrements pirates.

« Si les enregistrements censurés demandent l’asile politique à Rue89, ils seront les bienvenus ! », s’est exclamé Pascal Riché, cofondateur de Rue89, dans un article publié sur le site Web de ce média. C’est clairement un acte de censure judiciaire comme rarement on en a connu en France depuis des années. »

« Pour sa part, @si est prêt à héberger (en accès libre) les documents Bettencourt de Mediapart », a annoncé Arrêt sur images sur son propre site Internet.

Le directeur de Mediapart, Edwy Plenel, a indiqué qu’il allait se pourvoir en cassation.

« Cette décision est liberticide et ubuesque, c’est un acte de censure de l’affaire Bettencourt et un appel à la mort de Mediapart, compte tenu de la lourdeur de la condamnation », a-t-il estimé.

Pour Jean-Pierre Mignard, conseiller de Mediapart dans ce dossier, les juges nient « l’objectif civique » de la publication de ces extraits « sans laquelle cette affaire n’aurait jamais été découverte ».

Sources : Le Monde / Le Journal du Siècle



Catégories :Affaire Bettencourt, Censure, France

Tags:, , , , ,

2 réponses

  1. Nous on peut nous espionnai, nous arretais, nous écouter. Pas grave. Mais d’est que des riches sont consernée on réagi tout de suite.

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :