La Deutsche Bank est la banque la plus exposée aux produits dérivés dans le monde

Deutsche Bank

C’est la petite info de la semaine, qui est passée sous les radars, mais sur laquelle il faut revenir : la banque qui possède la plus forte exposition aux produits dérivés dans le monde n’est pas la JP Morgan, comme on le pensait, mais la Deutsche Bank.

Comme l’indique son rapport annuel 2012, la banque est exposée à hauteur de :
55.605.039.000.000 euros, autrement dit 55.605 milliards d’euros, 55 mille milliards d’euros, ou 55,6 trillions d’euros, ouf.

Par comparaison, le PIB de l’Allemagne s’élevait à 2012 à 2.644 milliards d’euros, ce qui signifie que les engagements de la première banque du pays dans les produits dérivés sont vingt fois plus élevés que toute la richesse crée en un an dans la première puissance économique européenne. Converti en dollars, cela représente 72,8 trillions de dollars, soit un peu plus que la JP Morgan.

L’Europe détient le record, la première banque au cœur du pays le plus solide, bravo !

Mais il ne faudrait pas s’inquiéter selon les comptables de la banque allemande, car tous ces engagements sont compensés et, au final, l’exposition nette ressort à 20,3 milliards d’euros seulement. C’est ce qu’expliquent les dirigeants des grandes banques lorsqu’on met ce sujet sur la table : les positions s’équilibrent. Quand un engagement est pris sur un produit dérivé, la banque achète une protection (la position inverse) pour se prémunir.

Mais au fait, à qui achète-t-elle cette protection ? A une autre banque… En réalité toutes les grandes banques se vendent des produits dérivés, ce qui signifie que si l’une d’entre elles fait faillite, toutes les autres plongent ! Les protections vendues par la banque en faillite s’évanouissent, et les autres banques voient leur exposition nette exploser et tombent également.

C’est ce qui a failli se produire avec la faillite d’AIG en septembre 2008 qui était la contrepartie de nombreux établissements financiers, et qui a été sauvée en catastrophe par l’Etat américain. Le calcul de l’exposition nette est ainsi purement théorique. Les dépôts de la Deutsche Bank représentent un centième de ces 55,6 trillions d’euros de produits dérivés, Chypre à côté c’est de la rigolade.

Toutes les grandes banques se tiennent ainsi en équilibre sur une montagne de produits dérivés qui devient très friable en période de crise. Il y a tout de même un point positif dans cette affaire : le siège de la Deutsche Bank se trouve à Francfort, comme celui de la BCE, ainsi Mario Draghi n’aura que quelques rues à traverser en cas de problème.

Par Philippe Herlin – Chercheur en finance / Contributeur pour Goldbroker.com



Catégories :Allemagne, Banques, Deutsche Bank, Europe, Finance

Tags:, , , , , , ,

7 réponses

  1. J’ai quitte9 le Cre9dit Agricole pour le Cre9dit Coope9ratif depuis un an. Je patgare mes inte9reats avec les Jardins de Cocagne et e0 chaque fois que je retire de l’argent avec ma carte bancaire , 6 centimes d’Euro sont verse9s e0 Aides, deux associations que j’ai choisies e0 l’ouverture de mon compte. Le Livret A est de9die9 e0 l’habitat social, par le biais d’Habitat et Humanisme qui prend en ce moment des initiatives inte9ressantes dans ce domaine si maltraite9. Je ne suis pas bien sfbre d’avoir tout compris des relations entre Banque Populaire et Cre9dit Coope9ratif et je cherche des informations qui me permettent de ve9rifier que ma de9marche va bien dans un sens plus conforme e0 mes valeurs, celle de solidarite9 en particulier. Lorsque j’en parle avec des amis, certains me reprochent ma naefvete9 , d’autres mon de9sir de me donner bonne conscience e0 peu de frais! Peut-eatre ont-ils raison, mais je persiste e0 penser que les petits gestes re9pe9te9s et multiplie9s , peu visibles au de9but, peuvent contribuer e0 changer le cours des choses en profondeur. Haut les coeurs!

  2. stratégie, bien sûr !

  3. Pour la BNP Paribas, c’est 47.000 milliards d’euros en 2012, soit, comme la Deutsche Bank, plus de 24 fois le PIB de la France! Warren Buffett appelle ces produits dérivés des « armes de destruction massive ». A bon entendeur…

  4. Cela veut-il dire que désormais, toutes les élites financières ont accepté (ou provoqué ?) que l’Europe n’a plus d’intérêt sauf à piller ses ressources intellectuelles ? Et que le centre de gravité est DEFINITIVEMENT tourné vers l’Asie et autres BRICS ? Parce que mettre en péril le système bancaire européen à ce point, c’est juste de l’incompétence ou de la stratégie. Je penche plus pour cette seconde solution…

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :