Par crainte, les Suisses préfèrent garder leur argent chez eux

Liasses de billets de 1000 francs suisses

Par manque de confiance sur la solvabilité des banques et par crainte d’une contagion de la crise qui touche l’Europe, les Suisses préfèrent garder leur argent chez eux.

Ainsi à la fin décembre 2012, il y avait 37,4 millions de coupures de 1000 francs (822€) en circulation en Suisse et dans le reste du monde. Soit 37,4 milliards de francs en grosses coupures (30743 milliards d’€) ce qui représentait l’équivalent de 60% de tout l’argent liquide à ce moment-là. Jamais dans les statistiques de la Banque nationale suisse (BNS), ce chiffre n’avait été aussi haut. A la même période en 2011, il y avait 33,27 millions de billets violets à l’effigie de Jacob Burckhardt en circulation. En décembre 2010, 30,4 millions.

Une explication à ce phénomène serait donc à chercher du côté de la morosité économique, ainsi qu’aux taux d’intérêt ridiculement bas proposés par les banques. «Les coûts d’opportunités pour posséder des billets de banques sont très bas», explique Silvia Oppliger, de la BNS.

A savoir qu’en choisissant de garder son argent à la maison plutôt que de le placer sur un compte, on ne renonce pas à une somme importante qu’auraient rapportée les intérêts, et on limite également les risques.

Ce comportement s’observe également à travers une augmentation des ventes de coffres-forts.

«La clientèle a changé, confirme Pascal Page, responsable de Servicoffres. Il y a moins de banques et plus de personnes qui veulent un coffre-fort pour leur domicile.»

Il estime que ce changement s’explique par une perte de confiance envers les administrations bancaires mais aussi par l’attrait de pouvoir garder ses valeurs près de soi, toujours accessibles.

Sources : Le Matin / Le Journal du Siècle



Catégories :Economie, Finance, Suisse

Tags:, , , , , ,

11 réponses

  1. A reblogué ceci sur L'horreur islamique and commented:
    Jusqu’ici tout va bien…

  2. Je suis assez tentée (et depuis des années) de garder mon argent chez moi : si vous regardez bien, vous n’êtes pas maître de votre argent. Vous payez des frais pour le faire garder par une banque et des frais non négligeables. Quand vous en avez beaucoup, vous investissez dans la pierre, dans l’art, dans les entreprises…. mais quand vous n’avez que ce qu’il vous faut pour vivre (et souvent moins), tout ce que vous prend la banque est autant dont vous devez vous priver pour faire ce que vous devez faire ou ce que vous aimeriez faire. C’est injuste.
    Les petits déposants devraient ne pas avoir de comptes bancaires, ou seulement un compte de virement pour régler ce qui se règle obligatoirement : loyer, impôts. Un seul compte avec une somme précise. Et le reste, à votre disposition tout le mois.
    C’est toute un mode de vie à refonder, mais c’est possible et nous serions surpris de voir le résultat, j’en suis certaine.

  3. Chypre : les épargnants paient à la place des spéculateurs

    Publiée le 29 mars 2013

    Une des choses les plus mal comprises, dans la crise chypriote, est sans doute l’essentiel : à savoir sa cause principale, qui n’est autre que la spéculation contre la zone euro.

    Ce phénomène est si mal identifié, qu’on arrive aujourd’hui à faire passer l’idée qu’il serait légitime d’aller chercher dans les poches des épargnants ce qui a été pris aux banques par la spéculation massive contre la dette souveraine de la zone euro.

    Or les épargnants locaux n’ont aucune responsabilité dans cette affaire, et un transfert de richesses s’opère des populations vers l’élite sophistiquée, non régulée et non sanctionnée de la finance, en dehors de tout contrôle démocratique.

    Les épargnants chypriotes, dont les comptes de plus de 100’000 euros seront potentiellement taxés jusqu’à 50% ou 80%, vont en réalité payer pour compenser ce que des hedge funds ont pillé à la zone euro, trois ans durant.

    La crise trouve ses origines fin 2009, dans les attaques spéculatives anglo-saxonnes qui ont ciblé de manière concertée la zone euro, et qui ont coulé le pays voisin de Chypre, la Grèce, alors que les banques chypriotes détenaient de grandes quantités de dette grecque, comme l’explique clairement l’agence Standard & Poor’s.

    L’effondrement de valeur des obligations grecques détenues au bilan des banques de Chypre est bien la cause principale de la crise de solvabilité de ces banques. Ces obligations grecques s’étaient effondrées suite aux paris baissiers virulents des hedge funds, paris directement responsables de la hausse des taux d’intérêt grecs qui a provoqué la strangulation financière d’Athènes.

    En 2010, sur les 300 milliards de dollars que représentait la dette grecque, on recensait un volume disproportionné de 85 milliards de paris baissiers de hedge funds utilisant des Credit Default Swaps (CDS).

    Les porteurs d’obligations grecques, observant ce signal alarmant du marché des CDS, ont à leur tour vendu massivement, provoquant l’effondrement que l’on sait. La détérioration des dettes attaquées des petits pays a ensuite fragilisé les bilans des banques de la zone euro, y compris celles de Chypre.

    Entre 2009 et début 2012, des fonds comme Brevan Howard, Caxton Associates et GLG Partners ont gagné des sommes colossales sur ces paris contre la dette en euros. Fin 2011, trois de ces fonds ont généré 3 milliards de dollars en 2 mois seulement, en coulant par exemple la dette portugaise, et leurs gains représentaient la moitié de l’austérité que devra consentir le Portugal en 2013, ou de la somme que doit à présent trouver Chypre pour accéder à l’aide de l’UE.

    Pour avoir une idée de tout le pillage qui a eu lieu, il faudrait additionner tout ce qu’ont gagné, en pariant contre l’Europe, les fonds de Paul Tudor Jones, Soros Fund Management, Brigade Capital, Greenlight Capital et SAC Capital Management, mais aussi John Paulson, ainsi que les principales banques intermédiaires sur ces stratégies que sont Goldman Sachs, Bank of America et Barclays.

    Mais seuls quelques-uns de ces fonds dévoilent leurs stratégies et les profits qu’ils en tirent. En lisant la presse spécialisée financière, on comprenait tout de suite que les mêmes 5 milliards d’euros que le Portugal demandait aux Portugais d’économiser en 2013 étaient ceux que les fonds spéculatifs avaient raflés en 2011 en dégradant la dette du Portugal et de ses voisins.

    La totalité des gains arrachés sur le dos des Etats de la zone euro par ces raids baissiers dépasse l’entendement.

    Privés de dizaines de milliards par la spéculation qui a fait rage jusqu’à mi-2012 (quand la BCE l’a stoppée par sa politique « bazooka »), les gouvernements ruinés ne peuvent aujourd’hui que se tourner vers leurs populations, non coupables mais captives:

    les contribuables, les salariés, les retraités et à présent, les épargnants. Et l’ignorance au sujet du mécanisme (certes complexes) d’aspiration des richesses de la zone euro fait le reste…

    On parle de la Suisse aussi….retirez votre argent :

  4. C’est lié- L’Allemagne est montrée du doigt alors qu’elle est attaquée elle aussi…faire contribuer ce pays pour les autres pays européens est un masque..La finance mondialiste récupère ainsi les capitaux allemands…Elle doit être dépouillée..

    L’union bancaire voulue par l’UE est un leurre…Juste une centralisation pour que la finance internationale passe derrière.

    Attali le vendu nous donne le programme des pays à abattre pour piquer l’argent allemand contributeur… Attali nous explique pas pourquoi !

    ———————-
    UE- On attend des contribuables qu’ils se portent garants pour les banques insolvables à l’étranger………………..http://stationzebra.net/europlouf/?p=2396

    Hollande triche avec les français-il donne la France – Eberhard Hamer, juriste, professeur d’économie……http://stationzebra.net/?p=17620

    Je vous donne un lien sur un site qui va dans les coulisses…il faut fouiner:
    Horizons débats…..http://www.horizons-et-debats.ch/index.php

    _______________________________________

  5. A reblogué ceci sur agapè_finance and commented:
    PAR PRUDENCE, FAUT-IL SUIVRE L’EXEMPLE SUISSE ET GARDER DU LIQUIDE CHEZ SOI…affaire à suivre!!!

Rétroliens

  1. Les Suisses préfèrent garder leur argent chez eux par crainte | Citoyen Mouton

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :