Le réchauffement climatique responsable de la vague de froid ?

Des climatologues pensent que la fonte de la banquise serait paradoxalement à l’origine du refroidissement des hivers. Explications.

L'hiver 2013 en France

Le printemps est là et pourtant, une partie de l’Europe et des Etats-Unis brave un froid digne du coeur de l’hiver. Preuve que le réchauffement climatique n’existe pas? Pour certains climatologues, il est au contraire à l’origine du phénomène.

Pour la quatrième année consécutive, les hivers sont particulièrement marqués avec de fortes chutes de neige en Europe et en Amérique. Explication de certains climatologue: la fonte de la banquise arctique en été, qui entraînerait de fortes modifications de la circulation atmosphérique dans l’hémisphère nord en hiver.

Différence de températures réduites

En 1979, la glace couvrait environ 7 millions de km2 d’océan durant l’été. En septembre 2012, ce n’était plus que 3,4 millions de km2.

Or moins il y a de banquise pour refléter les rayons du soleil, plus la mer se réchauffe. A l’automne, la chaleur emmagasinée est graduellement relâchée dans l’atmosphère. Conséquence: le taux d’humidité et la pression atmosphérique augmentent, réduisant d’autant la différence de température entre l’Arctique et les latitudes plus basses.

Cette situation modifie alors le ballet complexe qui se joue entre la mer et l’air, en l’occurrence l’Oscillation arctique et l’Oscillation nord-atlantique, qui influencent directement le temps qu’il fait en Amérique du nord et en Europe.

 

Affaibli, le vortex polaire ne retient plus le froid

L’un des effets est l’affaiblissement du vortex polaire, cyclone permanent situé à proximité du pôle. Il est alors moins capable de retenir les masses d’air froid et humide en provenance de l’Arctique, qui se déversent ainsi sur des latitudes plus basses.

Cette théorie ne fait néanmoins pas l’unanimité au sein de la communauté des climatologues. « On observe le phénomène de réduction de la banquise en Arctique que depuis une quinzaine d’années et c’est un peu court pour conclure formellement » à un lien, argumente David Salas-y-Melia, chercheur en climatologie à Météo France.

Sources : BFMTV / Le Journal du Siècle



Catégories :Climat, Environnement

Tags:, , , ,

16 réponses

  1. On devrait toujours s’inquiéter quand quelqu’un vous dit qu’il fait froid parce qu’il fait de plus en plus chaud .

    Après il faut vraiment rentrer dans le dur de la science et de la technique et bien peu ( même parmi ceux qui se prétendent experts ) en ont le temps et les compétences mais le bon sens et les ordres de grandeur peuvent aider à se forger une opinion .

    Pour relativiser il y aurait environ
    40 millions de Gigatonnes ( 1 GT = 1 milliard de tonnes ) de carbone sur terre
    40 000 GT dans la couche superficielle ( air, eau, biosphère )
    5 à 6 GT de carbone ex combustibles fossile brulés par an
    62 GT par an de photosynthèse et 60 de respiration qui se compense à peu près
    Celà devrait donner un peu d’humilité .

    En outre si on compare mentalement la courbe de hausse de 1900 à nos jours à la consommation cumulée de pétrole charbon et similaires ( fortement exponentielle surtout depuis environ la deuxième guerre mondiale )j’ai un peu l’impression que la cause est en avance sur l’effet ce qui est troublant .

    Celà ne prouve l’inexistence de l’effet du CO2 mais il vaudrait mieux rester prudent .

    Une dernière remarque : pourquoi croire si fort à l’influence néfaste de l’humanité et ne pas prôner très fort le contrôle de la démographie ?

    • Tu oublies les puits de méthanes, et les effets de la déforestation.
      Avant le contrôle démographique je militerais d’abord pour la juste répartition des ressources planétaires, et l’arrêt des brevets sur la matière vivante.
      Le réchauffement climatique est un phénomène dont la compréhension fait intervenir un grand nombre de paramètres naturels et humains.
      Et l’humain ne peut agir actuellement que sur l’impact de ses actions.

  2. je ne suis pas scientifique mais je pense que de toute façon l’Homme tue la planète sur laquelle il vit de façon bien bête et surtout très rapide !
    Bref, je pense que ce débat ne fera pas long feu, plus personne ne sera là pour commenter…
    Je m’inquiète réellement du réchauffement climatique qui est je pense aussi la cause de toutes ces « catastrophes naturelles » dont on entend beaucoup parler ces dernières années…

    • Enfin une réponse pleine de bon sens 🙂
      Pas besoin d’être scientifique pour se rendre compte que notre belle société de consommation a un impact très néfaste sur l’environnement, et venir dire que cela n’impacte pas le climat est digne du plus grand crétinisme possible.
      A partir du moment ou nous modifions des éléments de l’environnement, la terre va réagir d’une façon différente. Mettez des glaçons dans un verre et celui-ci deviendra froid, et vous n’avez pas besoin d’une étude scientifique pour vous convaincre que votre action aura une répercutions sur l’environnement du verre.

      Mais on palabre on palabre et on continue à vivre comme des sous développés à courir après le fric, merci à la stupidité humaine.

      Ce qui me rassure c’est que rien n’est éternel, même pas l’homme

      Bien vite la fin du monde, ça fera le ménage

  3. Qu’en est il du Golf Stream qui maintient la douceur des climats de l’Europe occidentale ?

    « Dérive du Gulf Stream : quelles conséquences ?

    Si la raison de la dérive du Gulf Stream n’est pas connue, les hypothèses sur les conséquences se bousculent. L’océan Atlantique module le climat continental européen et influence le climat mondial. Les conditions atmosphériques de l’hiver 2011-2012 ont été particulièrement inhabituelles. Des anomalies de température atmosphérique positives ont été enregistrées dans le nord-est et centre des États-Unis. L’équipe du WHOI suggère que la configuration du Gulf Stream en automne pourrait avoir modifié les conditions atmosphériques de l’hiver.  » ….

    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/lautomne-dernier-le-gulf-stream-a-devie-sa-trajectoire-de-200-km_42000/

  4. J’ai ècoute les deux théories. le livre de Rittaud « le mythe climatique » est très clair et lisible, très lisible. De nombreux doctorats en climatologie, géologie et astronomie expliquent que la théorie d’Al Gore est fausse, au mieux, il n’y a pas de consensus. S’i il y a un consensus pourquoi ne pas organiser 1 débat avec les dissidents:Richard Lindsen M.I.T F.Seitz ancien président de l’académie américaine de sciences. Syun Akasofu fondateur et directeur de centre de recherche international de l’artique. Ivar giaver Prix Nobel de physique 1977 qui avec 170 physiciens ont signé une pétition. Jan Veitzer de l’Uni. d’Ottawa. Je vous laisse: le problème est ailleurs

  5. Pluton Mars, Jupiter, Saturne, tout le système solaire c’est réchauffé,
    çà doit être dû au gaz à effet de serre. Hein ?
    info, facile à trouver sur le net.

  6. Exacte, Le soleil et uniquement le soleil créée un réchauffement ou un refroidissement.
    Explication sur ce site, très complet, 10 bonnes heures de lecture pour tout décortiquer.
    Purement scientifique, Pas un blablatage émotionnel.
    http://www.pensee-unique.fr/
    Nous sommes en refroidissement, pour info. Cycle solaire 24 en apogée cette année et 2 fois moins d’activité qu’en 2002. 2018 sera très froid.

  7. ha ha ha ! Ils sont vraiment très droles…

    Et l’activité du soleil ? Pour mémoire c’est l’unique responsable de la chaleur ici bas !

    • Ah bon ? L’air ne sert à rien ? Il n’y a qu’à regarder la Lune ou Mars ! Et les masses d’eau qui chauffent lentement et relâchent leur chaleur avec délai ?

      Se moquer quand on ne connaît pas le sujet n’est pas très utile.

      • Vous critiquez et répondez à un commentaire mal formulé. Nul besoin de se montrer désagréable pour corriger l’erreur de quelqu’un. L’autorité d’une expertise ne vient pas du ton duquel elle est proférée.

        Le soleil est bien la principale source nette d’énergie pour la Terre. L’atmosphère et les océans ont plus une nature inertielle.

        Il me semble que l’on estime que le petit âge glaciaire du 14 au 18eme siècle aurait en partie pour origine une diminution dans l’afflux d’énergie solaire, l’autre raison étant la diffusion dans l’atmosphère d’aérosols d’origine volcanique. Bref, l’exclusion de l’activité solaire du débat ne doit pas être un automatisme. source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_âge_glaciaire (oui je sais, WP ça vaut pas tripette ^^)

        Mais pour moi ce premier commentaire révèle surtout que l’origine du réchauffement climatique mérite un débat et un travail transparent. A tort ou à raison, on rencontre sur internet des remises en cause de la légitimité et de l’indépendance du GIEC, qui pourrait souffrir de conflits d’intérêts, ou même simplement d’être enfermé dans un paradigme scientifique aux ramifications politiques et économiques trop importantes. Je pense qu’il est légitime de se poser honnêtement la question de savoir si on est pas « en train de refaire les épicycles » (défendre la théorie d’une Terre au centre de l’univers).

      • @Ed

        Ma réponse voulait surtout faire ressortir l’inutilité de commentaires ironiques non fondés. En revanche le vôtre l’est plus comme ceux de quelques autres. Et je suis d’accord pour penser que le débat est enrichissant.

        Sur le fond, je n’ai jamais imaginé que Wikipedia disait des bêtises. Tout n’y est pas forcément exact mais qui peut se vanter de ne jamais en dire ou en écrire…

        Bien sûr que la source principale de chaleur sur Terre provient du Soleil (l’autre provient de la Terre elle-même). Dire l’inverse serait stupide. En revanche, notre planète a des conditions particulières qui sont l’eau et l’air. Ces deux énormes masses sont extrêmement réactives à la chaleur du Soleil et le font avec des temps de réponse différents. Ce qui explique une grande partie des aléas climatique comme les orages, les cyclones…

        Or, nous ne pouvons nier que l’humanité a modifié profondément l’état de ces deux masses par des pollutions de toutes sortes. Même la terre est rendue soit stérile soit incapable d’absorber des quantités d’eau (par les engrais, les passages des machines agricoles qui tassent les sols jusqu’à les rendre imperméables, les constructions urbaines de plus en plus étendues, les infrastructures qui envahissent tous les territoires, etc.)

        Les scientifiques n’ont jamais pensé à étudier les conséquences de ces pratiques au cours des décennies du XIXè et du XXè siècles. Ce n’est qu’au vu des impacts visibles que des explications ont commencé à être recherchées. Il est évident qu’il faudra du temps pour que TOUT soit vérifiable. Mais peut-être pourrait-on aussi ne pas s’en remettre uniquement aux hommes de science et se servir de son bon sens. Plutôt que d’attendre indéfiniment que des dégâts soient devenus irréversibles, diminuer l’impact de nos modes de vie sur la structure de notre planète peut déjà commencer.

        Avoir de l’eau et de l’air purs ne serait de toute façon pas un luxe. Conserver des terres fertiles pour pouvoir nourrir les habitants de la planète semble aussi un minimum. Or les pratiques industrielles ne le permettent plus. La spéculation foncière (agricole ou urbaine) a le même effet. Et ce, en général pour des choses qui sont d’un intérêt limité. Est-il absolument indispensable que toutes les familles disposent de 3 ou 4 téléviseurs ? Est-il raisonnable de continuer à favoriser l’obsolescence programmée en se jetant sur la moindre dernière innovation de Samsung ou Apple ? Deux exemples parmi des milliers… Sans parler de toutes les guerres (civiles ou non) qui s’attaquent notamment aux terres agricoles et par les bombardements ou les mines les rendent inaptes à l’agriculture pour des décennies…

        Le réchauffement climatique est un aspect du problème qui mérite d’être discuté. Mais c’est l’ensemble de nos modes de vie qui est à réévaluer à l’aune des impacts qu’ils génèrent sur l’ensemble de l’organisme Terre qui est notre bateau. Nous n’en avons pas de rechange…

    • D’accord pour être plus clair voici un graphique:

      En effet la plupart des sciences sont toutes perverties par le besoin de financement comme beaucoup d’autres dommaines…

      • Merci pour la vidéo de Courtillot. Cet universitaire n’est pas un pédagogue né mais enfin, en se concentrant il est possible d’essayer de comprendre son raisonnement. Je n’ai pas pas les compétences scientifiques pour comprendre si ses affirmations sont justifiées ou non. Je trouve simplement que sa démonstration est de nature identique à celle qu’il reproche au GIEC, à savoir des affirmations péremptoires en modifiant le contenu des données pour faire apparaître le résultat qu’il souhaite.

        Au lieu de partir de l’impact des pollutions de la terre, l’air et l’eau sur le climat, il cherche juste des corrélations différentes de celles mises en avant par le GIEC. Cela n’a plus d’intérêt. Il doit bien y avoir ailleurs sur la Toile des pro-réchauffements qui démontent de la même façon tout ce que Courtillot a voulu démontrer.

        Il existe quelques certitudes de bon sens : l’urbanisation et la stérilisations progressive des terres génèrent des inondations et le transfert des eaux de pluie sales (par passage à travers les zones urbaines) vers les fleuves et les océans. Ce qui conduit à un assèchement des couches superficielles de la terre, et sans doute à terme en profondeur.

        L’augmentation des températures en zone urbaine dense est perceptible par tout un chacun. En proche banlieue de Paris (moins de 10 km), la température est systématiquement de 1,5° à 2° C inférieure à celle du centre, quelle que soit l’heure et la saison. Etrange, non ? Or, l’urbanisation croissante, anarchique, est la norme valorisée actuellement par tous les pouvoirs. Avec des « espaces verts » dont la plus grande part a des surfaces goudronnées parce qu’il ne faut pas que les citadins se salissent les chaussures en cas de pluie… A côté de chez moi, un magnifique square mouchoir de poche vient d’être totalement « rénové » pour des « raisons d’hygiène » (dixit les Verts en plastique locaux) : il n’y a plus que des allées de sables ou de goudrons, quelques mètres carrés de pelouses et à proximité des terrains de jeux pour les enfants, pas de pelouses (il y aurait sans doute des microbes…) mais un magnifique morceau de pelouse en plastique…VERT ! Jolie trouvaille !

        Revenons aux troubles climatiques : la terre asséchée est plus chaude que la terre humide. Ce qui a forcément un impact sur l’air qui devient ainsi plus chaud. L’inertie propre à chacun des trois éléments eau, air, terre fait que la modification à long terme de ces paramètres ne peut qu’avoir un impact sur le climat général. Celui-ci se traduisant localement de manière différente bien sûr. Sans parler de toutes les irradaitions provoquées par les ondes de toute sorte que nous générons de façon totalement anarchique et dont l’impact n’est jamais étudié alors que même Courtillot reconnaît l’impact du magnétisme, solaire soit mais magnétisme quand même…

        Savoir que c’est la même chose qu’il y a 20 000 ans ou plus ou moins n’est pas forcément une justification pour dire que tout va bien. Et que nos pollutions n’ont pas d’impact.

        Philippe (et les autres), cherchons et vous et moi, des interlocuteurs SERIEUX qui prennent le problème par son vrai bout c’est-à-dire l’impact réel de nos comportements puérils vis à vis d’un organisme dont nous n’avons pas la moindre idée du fonctionnement réel, la Terre. Et tenons-nous au courant de nos découvertes, d’accord ?

      • Je n’avais pas vu la seconde référence. Je n’ai pas trouvé la source de ce graphique. Quel est le site ?

        D’accord, une grande part des scientifiques cherchent soit la notoriété, soit des financements pour leur recherches-marottes. C’est pourquoi il faut prendre toujours avec beaucoup de précautions les allégations des « experts », Courtillot tout autant que les autres… Nous avons aussi la possibilité de faire fonctionner notre cerveau… et notre bon sens. Le rôle des scientifiques ne devrait pas être de dire LA vérité mais de nous donner des éléments de réflexion sur les sujets qui NOUS intéressent pour que ce soit les populations qui prennent les décisions. Belle utopie, non ?

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :