24h avant une possible sortie de Chypre de la zone euro ?

Banque Centrale de Chypre / Eurosystème

Chypre et la Troïka sont engagées depuis samedi soir dans des négociations-marathon pour lever les milliards d’euros nécessaires à l’obtention d’un plan pour « sauver » l’île de la banqueroute avant lundi.

Le président chypriote Nicos Anastasiades a affirmé en soirée espérer un «résultat bientôt. Nous travaillons avec énergie pour sauver l’économie. Nous déployons tous les efforts possibles», alors que la Banque centrale européenne (BCE) menace de couper les vivres lundi aux banques et que le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a averti Chypre que tant que les termes du plan de « sauvetage » étaient rejetés, les banques ne pourraient être en mesure de rouvrir.

Sur l’île, où les banques sont fermées depuis le 16 mars et où l’activité tourne au ralenti, la situation devenait critique pour nombre d’entreprises incapables de payer leurs fournisseurs ou d’être payées, et beaucoup de restaurants, magasins ou stations-service refusaient les paiements par carte.

Des centaines d’employés de banques inquiets pour leur emploi et leur fonds de pension ont manifesté samedi après-midi devant le palais présidentiel puis devant le Parlement à Nicosie, menaçant de se mettre en grève mardi, date prévue de la réouverture des banques, faute de garanties sur leur avenir.

Chypre doit trouver d’ici lundi 7 milliards d’euros -plus du tiers de son PIB-, pour débloquer un prêt de 10 milliards d’euros de la Troïka (Union européenne, BCE et Fonds monétaire international)

«Il est essentiel qu’un accord soit trouvé par l’Eurogroupe dimanche soir à Bruxelles sur un programme d’aide à Chypre. Cet accord doit ensuite être rapidement mis en œuvre par Chypre et ses partenaires de la zone euro», a insisté le commissaire chargé des affaires économiques, Olli Rehn.

Faute d’accord avant lundi, selon des sources européennes, les pays de la zone euro sont prêts à en éjecter Chypre pour éviter que la crise ne menace par contagion d’autres pays ployant sous leur dette comme la Grèce, l’Espagne et l’Italie.

M. Anastasiades rencontre actuellement ce dimanche à Bruxelles les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la CE José Manuel Barroso. Les ministres des Finances de la zone euro doivent pour leur part se retrouver le même jour à 18 heures à Bruxelles.

«Guerre économique»

Face à la menace d’effondrement de l’économie, les députés chypriotes ont adopté vendredi une première série de mesures prévues dans le plan: restructuration du secteur bancaire, création d’un fonds de solidarité et limitation des mouvements de capitaux pour éviter une trop forte pression sur les banques à leur réouverture.

Selon plusieurs sources proches des négociations à Bruxelles, le plan négocié comprend la restructuration des deux grandes banques chypriotes –Bank of Cyprus et Popular Bank (Laiki en grec), qui «doivent disparaître» pour laisser la place à nouvelle banque créée avec leurs actifs sains.

La mesure doit être complétée par une décote sur les actifs sains tirés des deux banques. La fourchette en négociation varie entre 15 à 20%. L’opération, qui avait été refusée par Nicosie la semaine dernière, frapperait les détenteurs de titres, mais pas les déposants.

La loi de restructuration votée vendredi prévoit déjà le gel de tous les dépôts de la Popular Bank au-delà de 100000 euros et selon les médias locaux, la décote attendue sur les gros comptes de la Bank of Cyprus pourrait être compensée en bonds du Trésor, ce qui éviterait un vote au Parlement.

Du côté de l’UE et de la zone euro, dont Chypre fait respectivement partie depuis 2004 et 2008, l’exaspération se fait croissante, en particulier à Berlin, alors que nombre de Chypriotes accusent l’Allemagne d’être à l’origine des conditions imposées en contrepartie du plan de sauvetage.

«Nous avons travaillé toute notre vie, nos enfants doivent finir leurs études et nous avons des dettes (à rembourser). Ce que Hitler n’a pu faire avec les armes, on nous le fait aujourd’hui avec une guerre économique. C’est inacceptable», peste Anthoula Tiba, une employée de banque.

Sources : Libération / Le Journal du Siècle



Catégories :Banques, Chypre, Economie, Euro, Europe, Finance

Tags:, , , , , , , , , , ,

8 réponses

  1. Semblable également à un bassin d’eau mal construit d’où à chaque fois qu’on bouche un trou, un autre qui Pete. L’EURO PLUS FORT QUE LES DOLLARS américains. UN PAYS IMMENSE, PLEIN DE GISEMENTS DE RICHESSE ET DES LOIS DIVERSIFIEES

  2. S’unir tout en gardant ce charme de ses différentes monnaies, aurait été mieux . Construire l’union européenne sous une monnaie unique: est semblable à une grosse ville, construite sur un terrain schisteux et friable.sans fondation, elle chancelle

  3. Tous les partis avec « homme providentiel » ont leurs aficionados « charabiatesques » !

  4. Quelle réussite que l’union européenne. La troïka ne manque vraiment pas de toupet : ils se servent chez le peuple (les nouveaux serfs) pour protéger les fortunes d’1% d’ultra-riches introduits dans les cercles de pouvoir occidentaux (la nouvelle aristocratie, ou plutôt oligarchie sans foi ni loi). Les mêmes parasites financiers qui extorquent au peuple le fruit de son travail à travers l’actionnariat.

    Tout ceci n’a plus rien à voir avec le libéralisme ou le droit à la propriété privée pour tout individu, car sinon les banques spéculatrices auraient fait faillite et le système se serait purgé et régulé. Ça n’a pas plus à voir avec la solidarité et la lutte contre la misère, car sinon on aurait déjà lancé une politique d’investissements et convaincu les banques d’assouplir leurs politiques de prêts pour l’économie réelle.

    Non, l’union européenne a été construite sur mesure pour ces 1% d’accapareurs, et est bien tenue par eux. Cette union est irréformable, et l’euro un outil d’oppression impérialiste.

    La solution n’est pas dans les orientations politique qui prévalaient avant la crise (plus ou moins de libéralisme ? plus ou moins de socialisme ? plus ou moins de laxisme, d’égalité ?). Maintenant, si nous restons dans ces mêmes schémas de pensées, tous divisés, les seuls gagnant seront des gens déjà riches et puissants qui veulent garder leur monopole sur le monde et les richesses.

    Nous devons dépasser le clivage droite-gauche pour rétablir la démocratie Française, et renouer avec nos droits naturels (qui sont à la base de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, prélude de notre constitution). Cette mission, plus besoin de chercher l’homme qui l’incarnera : c’est François Asselineau, de l’UPR.

  5. Sortir de l’euro ? Pour quoi faire ? Ils auront toujours leur dette à payer… ha, nous aussi d’ailleurs.

  6. Je ne suis pas sûr que jeter l’opprobre sur les allemands résolve la crise, quelques braillards tels des roquets, certes, mais des décisions du genre jeter en prison les banquiers et financiers véreux, ça non ! et pourtant …

  7. A mon humble avis, la meilleure solution pour Chypre, c’est sa sortie de l’ euro et, si Merkel, Van Rompuy et Barroso sont si opposés à cette éventualité c’est que l’effet domino ne manquerait pas de se répercuter dans les autres pays atteints par les résultats pervers de cette Europe des banquiers.

  8. Quelle contamination est la pire pour les cinglés et les prévaricateurs de l’Euro ?
    Celle des actifs sur-évalués ou celle de l’exemple d’une sortie de l’Euro ?
    Déjà en Italie on parle d’un prélèvement frappant les propriétaires immobiliers, parce que les Teutons et leurs collabo ont découvert que le patrimoine des citoyens du Sud était supérieur à celui des citoyen du Nord : donc la dette en la conséquence : donc ceux qui ont profité de la dette (en ne consommant pas !) doivent la payer ; terrible syllogisme dans les mains des tyrans.

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :