La crise de l’immobilier frappe l’émission « Maison à vendre »

Stéphane Plaza de l'émission "Maisons à Vendre"

« Le Parisien / Aujourd’hui en France » explique aujourd’hui que Stéphane Plaza et la production rencontrent de plus en plus de difficultés avec l’émission.

En effet, depuis plusieurs mois, « Maison à vendre » doit faire face à la crise de l’immobilier et aux difficultés de vente des biens.

« On doit travailler beaucoup plus » avoue Stéphane Plaza.

« On met plus d’annonces, on passe plus de coups de téléphone et on espace le temps entre les annonces et la date de visite » explique l’animateur, qui confie avoir considérablement allongé les tournages pour pouvoir caler les visites, devenues plus longues et plus rares.

« Nos résultats sont moins bons. Auparavant, on arrivait à vendre presque toutes les maisons ; depuis six mois, on en vend plutôt une sur deux » reconnaît Pascale Albertini, la productrice.

 

Une émission avec… zéro visite !

Des difficultés qui se constateront dans un prochain épisode où Stéphane Plaza annonce « avoir (eu) zéro visite » ! Afin de poursuivre l’émission, le choix des habitations a été revu afin de retirer certaines contraintes.

« Aujourd’hui, je ne choisis plus de maison surestimée par rapport au prix du marché. J’évite aussi celles qui sont près d’une route ou d’un train, ou qui se trouvent loin de les grandes villes » indique Pascale Albertini.

Les idées de décoration sont moins poussées, racontent également nos confrères. « Aujourd’hui, on est plus prudents. Avant, on peignait de temps en temps un mur en violet ou en rouge. Depuis quelques mois, on ne prend plus le risque de déplaire. Alors, on reste sur des valeurs sûres, des couleurs plus sobres » explique Sophie Ferjani, décoratrice pour « Maison à vendre », qui ajoute désormais préférer transformer une pièce vide en chambre plutôt qu’en salle de jeux…

Sources : OZAP / Le Journal du Siècle



Catégories :France, Immobilier

Tags:, , , , , , ,

5 réponses

  1. Je ne savais pas qu’il etait un mason….

  2. Ca ne reste qu’une émission de télé-réalité !
    Les contraintes du marché de l’immobilier sont ce qu’elles sont. Mais de toutes manières, l’émission finira par lasser.
    Pour ce qui est du commentaire sur les décoratrices, je pense que vous n’avez compris ni le concept, ni le format de l’émission.

  3. Emission qui devient lassante, et un gros point noir : ces « décoratrices », qui veulent faire de leur mieux pour qu’un intérieur plaise à tous mais qui tombent dans le cliché « catalogue de grandes surfaces pour meubles » et qui appliquent partout le fameux ton « taupe », à la longue on a envie d’en vomir, il y a aussi le choix entre le gris, ou lebronze (grande nouveauté pour elles !) et à ces sols en vinyls.. mais quel goût !!! il faut faire des travaux, investir à moindre prix pour, certes, mais remplacer du meuble par de la particule de cagettes à légumes, (carrément non ?) avouez qu’il y a exagération sous prétexte de « modernité ».. ? tout est poudre aux yeux, faut franchement changer les décoratrices !
    et puis tout le temps le prix demandé qui devient bien plus bas… c’est systématique, sous prétexte de crise dans l’immobilier, là encore on à peine à le croire, car il faut faire la différence entre une maison d’architecte et une maison de programme en série en ilôts boites à sardines, et murs épais comme du papier à cigarettes, comme on en voit dans cette émission, mais j’ai souvenir , par exemple, de l’an dernier dans la visite d’une vraie maison ancienne, de village je crois alsacien, et les décoratrices qui ont carrément saccagé l’esprit historique de la maison, ne connaissant rien à cette architecture si particulière (plafonds bas, je m’en souviens), elles ont transformé l’intérieur de la maison en intérieur de banlieue parigotte, argh l’horreur !
    changez les décoratrices..ou changez l’émission ou supprimez là ou rendez la crédible.

  4. L’IFOP indique que seul un français sur trois pense investir dans l’immobilier entre 2013 et 2014. Cela a t’il une incidence sur les prix de vente ? C’est probable, car moins il y a de candidats à l’achat, plus les vendeurs vont devoir composer avec les offres des futurs acquéreurs.

    Avec ces nouvelles restrictions budgétaires, Maison à Vendre risque de nous proposer du only-urbain, dommage. Pourquoi ne pas profiter de la tendance des petites maisons avec peu de rénovations en province ?
    Si tous les spectateurs se tapent des home-standing à tout bout de champs, ils risquent de changer de chaine.

    Plus largement, je trouve que les médias étudient toujours très tardivement les mécanismes et les problématiques des émissions télé notamment celles qui tournent autour de l’idée de télé-réalité.
    Maison à Vendre n’a jamais été rentable !

    Stephane Plaza devrait :
    – Apprendre la réalité économique du secteur.
    – Comprendre les contraintes de ce genre d’émission
    – Connaître tous les à-côtés non évoqués/tus
    – S’inspirer d’internet, notemment des indépendants actifs, c’est jamais bon de se reposer sur les acquis du service télévisé car le jour ou le public découvrira les web-emissions américaine immobilière, ça va faire chuter les audiances TV françaises.

  5. Cette émission ne serait qu’une banale émission de télé-réalité ?
    Il semblerait que présenter une facette prometteuse intéresse plus les producteurs que de montrer la réalité…

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :