Vendredi, l’astéroïde 2012-DA14 a rendez-vous avec la Terre

2012-DA14 effectuera un passage près de notre planète entre 20 h 30 et 21 heures ce vendredi. Une occasion d’observation unique pour les scientifiques.

La date de la rencontre entre 2012-DA14 et la Terre est fixée pour la nuit de vendredi à samedi prochain (approximativement entre 20 h 30 et 21 heures au point le plus proche). Un tête-à-tête cosmique qui promet d’être plutôt serré avec ce « géocroiseur », grand comme un terrain de foot, qui frôlera notre planète à seulement 27 000 kilomètres de distance, un cheveu si l’on reporte la mesure à l’échelle de l’espace.

Aucune crainte cependant, les conditions de rencontre n’autorisent pas 2012-DA14 à percuter notre planète. Seuls quelques satellites en orbite sont susceptibles de jouer les prolongations avec ce caillou de l’espace, et là encore, c’est peu vraisemblable selon le champ de probabilités délimité par la communauté scientifique et les différentes agences spatiales.

« Il va passer dans la sphère céleste à une vitesse de 8 kilomètres par seconde » explique Patrick Michel, astrophysicien spécialiste des astéroïdes à l’Observatoire de la Côte d’Azur. « On a une faible connaissance de ces objets qui émettent peu de lumière », reconnaît-il sans perdre son enthousiasme.

« Tous sont très différents les uns des autres. Chacun a des propriétés qui dépendent de son histoire passée. Ce sont les briques restantes des matériaux qui ont formé les planètes, c’est l’ADN du système solaire. »

En matière d’observation, difficile voire impossible d’observer l’objet à l’œil nu, mais les équipements amateurs, voire une bonne paire de jumelles en conditions optimales, suffiront à l’entrevoir dans le ciel malgré une vitesse élevée.

Visible depuis l’horizon Est de l’Europe, correctement situé, l’astéroïde géocroiseur évoluera dans une nuit quasi complète et devrait être éclairé par le soleil, favorisant l’observation d’un point lumineux mais néanmoins infime.

 

Des objets sous surveillance

Les astéroïdes sont le lot quotidien de la Terre qui en rencontre des centaines tous les ans. La plupart de ces cailloux de l’espace sont désintégrés dans l’atmosphère avant d’avoir percuté le sol terrien. Cependant, plusieurs astéroïdes géocroiseurs comme 2012-DA14 restent dans le collimateur des agences spatiales depuis de nombreuses années. Ils croisent l’orbite de la Terre régulièrement à quelques décennies d’intervalle, mais les probabilités de collision évoluent selon de nombreux paramètres physiques.

Le dernier objet similaire à 2012-DA14 s’est écrasé en Sibérie en 1908. Il a pulvérisé 2 000 kilomètres carrés, et sa puissance était équivalente à quelques dizaines de fois la bombe d’Hiroshima. « Cela se produit tous les 100 à 1 000 ans, mais nous avons peu d’informations », indique Patrick Michel, qui souligne qu’il est très rare que ces astéroïdes s’écrasent dans des zones habitées, les océans recouvrant majoritairement la planète.

Les neuf dixièmes des objets jugés dangereux par les scientifiques, ceux mesurant plus de un kilomètre de diamètre, ont été identifiés et sont suivis quotidiennement par les agences spatiales, en collaboration avec les astronomes amateurs. La Nasa espère avoir répertorié tous ces astéroïdes d’ici à vingt ans pour se concentrer sur l’étude de leurs déplacements.

Parmi eux, Apophis (alias 2004-MN4) est l’un des plus surveillés. C’est un mastodonte cosmique. Lui, avec ses 270 mètres de diamètre, et la Terre se sont croisés au mois de janvier. Deux autres rencontres sont déjà fixées. Le 13 avril 2029 d’abord, pour un nouveau passage éclair mais serré (31 300 kilomètres), puis le 13 avril 2036, dans une configuration plus favorable à la Terre sur un plan plus arithmétique, les récentes observations radar ayant infirmé l’hypothèse d’un impact.

Un « petit nouveau » de 140 mètres de diamètre a également fait son entrée au club des astéroïdes à surveiller : 2011-AG5. Il passera près de la terre en 2023 sans dommage, mais les scientifiques ont une incertitude sur la trajectoire qu’il adoptera. Celle-ci pourrait renvoyer AG5 vers une trajectoire débouchant sur un impact avec la Terre en 2040. Plusieurs observations radars pourraient confirmer ou infirmer l’hypothèse de l’impact aux horizons 2013 et 2015.

Sources : Le Point / NASA / Le Journal du Siècle



Catégories :Espace, NASA, Science

Tags:, , , , , ,

7 réponses

  1. c clair personne n en a parler de celui la !!??? asser gros pour faire mille blesser ou par malheur il est tomber !! et si il était tomber sur moscou ou une grande ville du continent voire méme sur une central nucléaire !!!!

  2. hahahaha avec ce qui vien de tomber en russie y a de quoi ce poser des question ….

  3. En bref : la Terre n’a pas rendez-vous avec cet astéroïde, qui n’inquiète personne, puisqu’il passera à 27 700 km de chez nous.

Rétroliens

  1. Russie : une pluie de météorites fait au moins 250 blessés « Le Journal du Siècle
  2. Russie : une pluie de météorites fait au moins 500 blessés « Le Journal du Siècle
  3. Suivez en direct le passage de l’astéroïde 2012 DA14 – RDV à 20h « Le Journal du Siècle

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :