La course à l’exploitation des astéroïdes est lancée

Astéroïdes

Les astéroïdes potentiellement riches en métaux précieux ou en eau, sous forme de glace, attisent les convoitises d’investisseurs aux Etats-Unis.

Deep Space Industries prévoit de lancer à partir de 2015 une flotte de sondes pour prospecter et exploiter des astéroïdes croisant à proximité de la Terre. «Utiliser les ressources se trouvant dans l’espace est la seule façon de pouvoir assurer un développement spatial durable», estime le directeur général de l’entreprise, David Gump.

«On découvre plus de 900 nouveaux astéroïdes passant près de la Terre chaque année et ces objets peuvent être aussi importants pour les activités spatiales de ce siècle que l’ont été les gisements de minerais de fer du Minnesota pour l’industrie automobile de Detroit au XXe siècle», explique-t-il dans un communiqué.

Deep Space Industries commencera à évaluer des cibles prometteuses pour l’exploitation minière avec des petits engins spatiaux de 25 kilos baptisés «FireFlies» («lucioles») qui devraient être lancés dès 2015 pour des missions de deux à six mois. La société, en quête de clients et d’investisseurs, travaille avec la NASA et d’autres firmes et organisations pour identifier les astéroïdes présentant le plus grand potentiel.

 

 

Centrales d’énergie sur orbites

Ces sondes seront économiques, affirme Deep Space Industries. Fabriquées avec des éléments de satellite miniaturisés à bas coûts, elles seront lancées à faible prix à bord de lanceurs transportant déjà de gros satellites de communications.

A partir de 2016, la firme commencera à lancer des sondes plus lourdes de 32 kilos, les «DragonFlies» («libellules»), capables d’atteindre un astéroïde et de rapporter sur la Terre des échantillons de 27 à 68 kilos lors de périples durant de deux à quatre ans.

D’ici 10 ans, Deep Space Industries prévoit d’exploiter des astéroïdes pour leurs métaux et d’autres matériaux qui permettront de construire de vastes plate formes de communication pour remplacer les satellites. A plus long terme, la société parie sur le déploiement sur orbite de centrales d’énergie solaire qui alimenteront la Terre.

Enfin les créateurs de Deep Space Industries comptent extraire du platine d’astéroïde pour l’utiliser sur Terre notamment dans des systèmes antipollution.

En avril 2012 déjà, un groupe de riches investisseurs dont le milliardaire Larry Page, PDG de Google, avait dévoilé la première société de prospection et d’exploitation minière d’astéroïdes, Planetary Resources.

 

 

Une manne… de platine

L’extraction des richesses aura selon ces entrepreneurs de multiples retombées bénéfiques pour l’humanité et engendrera un jour une activité économique pesant des dizaines de milliards de dollars annuellement. Un simple astéroïde de 500 mètres de long a autant de platine que toute la quantité de ce métal extrait dans l’histoire de l’humanité, selon les créateurs de Planetary Resources.

De plus, les astéroïdes proches de la Terre, qui contiennent beaucoup de glace d’eau, serviront «de sorte d’oasis» pour les expéditions d’exploration spatiale lointaines, fournissant les ressources nécessaires en eau et en carburant.

Sur les plus de 9000 astéroïdes recensés par la NASA dont l’orbite passe dans le voisinage terrestre, plus de 1500 sont d’un accès aussi facile que la Lune, selon ces investisseurs.

Planetary Ressources a déjà mis au point des télescopes spatiaux qui seront placés sur orbite terrestre basse d’ici 2014 pour repérer les astéroïdes prometteurs. La société prévoit elle aussi de lancer de petits engins spatiaux pour aller les explorer.

Le journal économique en ligne Quarz ironise sur le business model des deux firmes en rappelant que la Nasa envisage de ramener 2 petits kilos de minerai de l’espace en 2021 pour… 1 milliard de dollars. Mais après tout, conclut le journal après une série de calculs complexes mêlant cours des métaux et physique spatiale, «ce n’est pas aussi fou que de construire une Etoile de la mort» comme dans Star Wars.

Selon Jean-Pierre Luminet, directeur de recherches au CNRS, astrophysicien en cosmologie et en gravitation relativiste, l’exploitation des richesses minières des astéroïdes projetée par la société Planetary Resources est inéluctable:

« Elle débutera vraiment d’ici 50 à 100 ans de sorte qu’il ne fait aucun doute qu’au XXIIe siècle, des usines y seront construites. Certains astéroïdes métalliques doivent contenir des concentrations en or, platine, cobalt et autres métaux rares de 10 à 100 fois plus élevées que celles des roches des mines terrestres. Un seul astéroïde de ce type d’un kilomètre cube contient des milliards de tonnes de fer et de nickel. »

Sources : Futura-Sciences / TDG / Le Journal du Siècle



Catégories :Espace, Industrie

Tags:, , , , , , , ,

4 réponses

  1. Certaines ressources vont devenir très difficiles à exploiter sur notre planète, nous avons une chance inouïe de pouvoir continuer notre expansion à travers ces « poussières d’étoiles » et dans quelques générations (sauf catastrophe) conquérir les étoiles*.
    *malgré les grincheux.

  2. je pense que c’est une très bonne chose pour le développement de la race humaine. Comme on dit, si l’on arrête le progrès, les recherches, la civilisation s’éteint, comme cela est déjà arrivé.

    Et qui sais, cela donnera peu etre d’autre débouché, comme la colonisation planétaire dans 1 ou 2 siècle.

  3. Justement! on ne s’arrêtera jamais !

  4. Non mais sérieusement…. On va s’arrêter où ?
    Est-on réellement incapables de se raisonner, au point qu’il va falloir aller chercher des ressources extra-terrestres pour continuer à rassasier notre gloutonnerie ?

    Aberrant…

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :