Une spectaculaire tempête de sable s’abat sur l’Australie

Tempête de sable en Australie 9 Janvier 2013

Après la canicule qui frappe le pays, après la vague inédite d’incendies qui marque le territoire, voici la spectaculaire tempête de sable.

Le 9 Janvier 2013, aux alentours de 19 heures, heure locale, la ville de Onslow a en effet vu s’abattre près d’elle cette terrifiante masse rouge poussiéreuse au-dessus de l’océan Indien.

Tempête de sable en Australie 9 Janvier 2013 / 1

Les spécialistes du Bureau Of Meteorology interrogés par la presse australienne comparent ce phénomène rarissime au haboob, un type de tempête qu’on trouve d’habitude dans le désert du Sahara mais quelquefois observé dans l’ouest australien. Cette tempête a soufflé jusqu’à 102 km/h et a duré pas moins d’une heure avant que la météo ne retrouve son calme. selon les observateurs et a duré une heure avant d’enfin se calmer.

Tempête de sable en Australie 9 Janvier 2013 / 4

Toutefois, aucun lien ne semble exister entre les incendies actuellement en cours dans le pays et cette tempête. Et même la couleur rouge n’a rien à voir avec le feu mais celles-ci seraient plutôt dues à la couleur même de la poussière qui recouvre la région de Pilbara.

Tempête de sable en Australie 9 Janvier 2013 / 3

Tempête de sable en Australie 9 Janvier 2013 / 2



Catégories :Australie, Météo

Tags:, , , , ,

7 réponses

  1. Salut , j’ai lu tes coms et franchement ce discours me parle énormément Merci

  2. votre commentaire resulte les pensées de beaucoup de personnes y compris la mienne, j approuve entierement ce que vous avez marqué mais comment peut on faire bouger ces politiciens qui regarde leur confort (y compris les vert) se sont tous des escrots pour ma part ils tirent la corde pour leur interet. notre terre se meurt et personne ne fait rien…

    • Merci pour votre réponse.

      Que faire ? [c’est la seule citation dont je sois capable de me souvenir… Elle est de Lénine : titre de son livre le plus fameux ! Au moins, c’est simple, et c’est l’éternelle question…]

      Prendre les armes n’est certainement pas une solution : regardez « les Printemps arabes » et vous verrez ce qui se passerait aussi chez nous… Et c’est probablement ce qu’attendent nos élites. Tous ces arrogants adorent les guerres car cela leur donne la sensation de détenir vraiment le pouvoir : y a-t-il plus grand pouvoir sur les autres que le droit de vie ou de mort ?

      Que nous reste-t-il ? Eh bien, finalement, pas mal de choses…

      D’abord, l’INERTIE. Dans ce monde où tout doit « croître », grossir, progresser, si vous dites non, si vous décidez de faire ce que vous souhaitez sans comparer tout le temps avec les autres, les envier, mais en tirant le maximum de ce que vous pouvez avoir là où vous êtes, vous grippez la machine du toujours-plus plus-vite.

      Un exemple dans la consommation : vous n’avez plus de T-shirts. Vous décidez qu’il vous en faut deux. Quand vous allez les acheter, vous choisissez un modèle solide (si c’est possible fabriqué soit en France soit en Europe) et c’est tout. Même s’il y a de mirifiques promotions venant de Chine ou d’ailleurs avec 10 T-shirts pour le même prix. Pourquoi ?

      Un, parce que vous n’en avez pas besoin de 10. Deux vous suffisent.

      Deux, parce que si vous les achetez vous renforcez les problèmes de pollution par les transports de marchandises

      Trois, parce qu’en achetant des produits fabriqués loin, vous renforcez le chômage localement. Or tout le monde ne peut pas être bac+5, 6 ou 7. Nous avons des gens illettrés (leur nombre augmente chaque année… grâce aux talents de l’Education nationale qui n’éduque pas et instruit à peine…), d’autres qui ont des talents manuels mais pas livresques pour un sou. Ils ont le droit de vivre aussi. Une société est faite de tous, pas seulement de financiers, ingénieurs et commerciaux !

      Quatre, parce que c’est une façon d’apprendre que l’abondance dans un monde fini n’est pas viable. Vous devez utiliser ce dont vous avez BESOIN et non ce dont vous avez ENVIE.

      Cinq, si le modèle était de qualité et un peu plus cher, vous le gardez jusqu’à ce qu’il soit usé : vous recousez rapidement une couture décousue, lorsqu’il est vraiment immettable à l’extérieur, vous le gardez pour le bricolage, le jardinage ou le ménage. Et à la fin, cela fait un magnifique chiffon pour la poussière, les chaussures ou que sais-je ?

      Six, vous arrêtez de suivre aveuglément la mode qui n’a jamais eu beaucoup de sens et en a encore moins aujourd’hui. Le confort, le fait que vous aimiez ce que vous avez choisi est le plus important. La mode, c’est la dépendance envers ceux qui la crée, c’est-à-dire ceux qui veulent vous faire dépenser beaucoup.

      Sept, si vous avez des enfants, vous tentez de leur apprendre cette façon d’aborder la vie. C’est difficile. Mais en même temps, vous voir le faire dans la joie est un acte de transmission de culture.

      Dans notre civilisation de l’argent, votre ARME est votre portefeuille. A vous de l’utiliser en réfléchissant dans tous vos actes d’achat. D’une maison ou une voiture au kilo de pommes de terre. Le choix de la nourriture est aussi important que le choix des méthodes médicales que vous suivez ou que les investissements ou le type d’épargne que vous choisissez…

      En définitive, agir en conscience est une arme puissante. C’est la raison pour laquelle il y a autant de désinformation. Alors, lisez, écoutez des radios différentes (Europe, Radio-France, BFM, RFI, Notre-Dame ou Courtoisie, Libertaire… l’étranger si pouvez), regardez des télévisions différentes (je m’y connais mal, mais ARTE semble un outil intéressant mais aussi LCI, BFM…). Et surtout, posez-vous toujours la question : POUQUOI ME DIT-ON CELA ? Est-ce cohérent avec ce qui a été dit il y a deux mois, un an…? Quand vous recevez des chiffres, divisez, multipliez pour que cela ait du sens (vous remarquerez souvent que dans un même reportage les chiffres se contredisent… parce que les journalistes-perroquets n’ont fait que reprendre des communiqués de presse sans se poser la moindre question) Surveillez un sujet attentivement et voyez-le évoluer d’heure en heure et de jour en jour, puis disparaître parce que pendant une semaine… il y a une compétition sportive ou un ouragan ou un tireur fou aux Etats-Unis…!

      J’appelle cela : garder les yeux ouverts. Refléchissez bien au moment des élections. Soit il y a vraiment quelqu’un qui vous donne confiance (vous avez de la chance si localement il y en a un…), soit il n’y a personne. Et pensez que si BEAUCOUP refusaient de voter parce que le vote n’est plus libre (avec les primaires, peut-être bientôt la proportionnelle qui ne donne plus de pouvoir sur les individus qui sont élus puisque ce sont les partis qui choisissent : regardez les Européennes….), il deviendrait difficile pour nos élus de clamer je représente 50 et quelques % des Français. S’il y avait 70 ou 80 % de votes blancs là où c’est encore possible ou d’abstentions là où le vote est par machine dont le contrôle est sujet à caution, alors, il serait peut-être possible d’obtenir des modifications…

      Et puis il reste les SEL (systèmes d’échanges locaux) qui passent au-dessus de la bureaucratie et tout ce que vous aurez envie d’inventer…

      Nous avons tous beaucoup de pouvoir. Si vous disposez d’un jardin, cultivez sans engrais, vous reposerez la terre. Choisissez bien les matériaux si vous faites des travaux : vous éviterez des allergies, des ennuis sucités par les bas de gamme. Et évitez de refaire les peintures tous les trois ans ou même sept. Si vous avez mis de la qualité, cela peut durer 20 ans ! Et vous n’avez pas envahi votre habitation de saletés chimiques à répétition…

      Juste quelques exemples qui viennent à l’esprit. Vous en trouverez d’autres. Et toux ceux qui ont d’autres idées devraient nous les communiquer : c’est cela aussi retrouver son autonomie et son libre choix.

      Voici une amorce de programme pour ceux qui ne veulent pas seulement se plaindre mais qui veulent AGIR. C’est peu au niveau individuel mais le nombre fait beaucoup d’effet. Et il n’y a aucune raison d’attendre que tous s’y mettent : l’exemple fait souvent boule de neige autour de soi… C’est impressionnant ! Et puis cela donne du courage. Et nous en avons tous besoin, n’est ce pas ?

      J’espère que certains d’entre vous répondront… ou commenteront…

  3. La fin du monde approche ,il ne faut plus se projeter dans l’avenir!!!!!!!

    • Euh, pas forcément !

      En revanche, la Terre est un organisme qui bouge, respire. Ca n’est pas la vie telle que nous la connaissons en temps qu’animal humain mais ce n’est pas une masse inerte non plus. Alors, quand les Lilliputiens que nous sommes, bouleversent tous les équilibres (air pollué ; terres rendues stériles soit par le béton, soit par les engrais/pesticides, forages divers en grande profondeur : pétrole, gaz dont de schiste, minerais – y compris uranium et terres rares -, eau des nappes phréatiques – sans oublier les essais nucléaires en profondeur ; végétation soit modifiée soit arrachée – OGM + Amazonie par exemple ; diversité animale mise à mal – or tout ce monde macro- et micro-scopique joue son rôle dans l’équillibre) la Terre cherche comment se soigner.

      Nous ? Nous avons la fièvre, les frissons, les vomissements, les sueurs, les maux de tête, de coeur, de ventre, toutes les douleurs qui nous alertent et nous disent ça va mal. La Terre n’a pas la même conscience évidemment mais elle a des symptômes et cherche à se soigner.

      Avez-vous vu déjà vu une vache qui veut faire partir des mouches qui l’assaillent ? Elle se sert de sa queue, elle se frotte contre des arbres ou des poteaux. Elle peut aussi demander à une autre de l’aider… La Terre fait la même chose : elle crée des tremblements de terre qui suscite des tsunamis par exemple. Elle se sert de son atmosphère pour se rafraîchir ou pour réguler sa température (et nous avons des cyclones, des tempêtes de plus en plus monstrueuses). Elle envoie de l’eau là où elle en manque, par exemple dans les villes ou les terres rendues stériles et nous avons des inondations rendues catastrophiques de par les endroits surpeuplés où elles se produisent.

      Mais évidemment, comme la SCIENCE infuse de nos experts ne peut imaginer que nous soyons à la merci d’un organisme que nous ne maîtrisons pas (comment est-ce possible avec notre intelligence si parfaite que nous n’avons plus ni Dieu ni maître ?), nous poursuivons notre marche – aveugle – vers la CIVILISATION.

      Et nous avons le Maire de Paris et tous les élus qui veulent « libérer le foncier » (ce qui veut dire bétonner, avec de préférence des aéroports en zone humide, ou des tours autour de la capitale, mais grâce à nos Verts en plastique, nous aurons des bacs à fleurs partout et des squares où les enfants auront une pelouse verte en plastique parce que l’herbe ce n’est pas hygiénique (entendu par chez moi de la part d’une militante verte au moment des dernières législatives, à propos des 1000 m² de square du quartier… Avec mes oreilles, je vous le jure !)

      Bon, ça, c’est par chez nous. Maintenant, si vous prenez la Chine, les Etats-Unis, le Brésil, l’Inde ou… l’Australie, c’est pareil, chacun avec ses méthodes et sa culture ancestrale violemment rejetée.

      Alors, non, ce n’est pas la fin du monde. Le monde continuera, avec ou sans nous. Mais il est clair dorénavant que la Terre a un réflexe de survie en quelque sorte. Et si nous refusons l’évidence, eh bien, il y aura beaucoup de dégâts ; beaucoup de choses si fantastiques dans notre monde où tout dépend de la technologie et de l’abondance vont ne plus fonctionner, voire disparaître. Et probablement quelques-uns d’entre nous avec. Probablement pas les responsables, parce qu’ils se protègent. Seul espoir : que leur arrogance intellectuelle les mettent dans des situations de danger qui les fassent partir les premiers. Quant vous tablez sur ce défaut-là, vous avez une chance de gagner…

      Et nous, nous devrions dès à présent réapprendre l’humilité de l’humain. Nous avons certes des capacités, mais nous sommes totalement DEPENDANTS de notre vaisseau spatial. Et nous devons apprendre à le respecter parce qu’il n’y en a pas de rechange… Voici de bonnes résolutions de début d’année, non ?!!!!!!!

      • Merci beaucoup pour votre chouette commentaire, vous avez résumé tout ce que je pense mais en mieux, et bravo pour la comparaison fièvre/inondation, elle est vraiment parlante !

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :