Tunisie : Plus de 250 blessés dans des affrontements entre manifestants et policiers

Les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont repris ce mercredi avec plus d’acuité dans la ville de Siliana, chef-lieu d’une région déshéritée du centre de la Tunisie faisant plus de 250 blessés, a-t-on appris de sources concordantes. Parmi les blessés, 22 personnes ont dû être évacuées vers la capitale pour recevoir des soins, ont précisé des sources hospitalières.

Un journaliste français de France 24 et son chauffeur ont également été blessés. Le reporter a déclaré avoir été blessé par des tirs de chevrotine et a été hospitalisé.

«Nous nous trouvions dans les manifestations avec des centaines de jeunes (…) et nous avons reçu une dizaine de plombs dans les jambes», raconte-t-il sur sa chaîne.

Les violences avaient éclaté la veille lors d’une manifestation qui a mobilisé des milliers d’habitants, en marge d’une grève générale décrétée par l’Union régionale du travail (URT). Les manifestants protestent contre la marginalisation de cette région affectée par un taux élevé du chômage et de la pauvreté. La population réclamait également la libération de 14 activistes emprisonnés.

Des ripostes aux manifestants

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur Khaled Tarrouch a déclaré que les forces de l’ordre «n’ont fait que riposter aux actes de violence des manifestants qui tentaient d’envahir le siège du gouvernorat (préfecture) et lançaient des pierres sur les agents».

Contacté par l’Associated Press, le secrétaire général de l’URT, Néjib Sebti a réfuté cette thèse. Selon lui, «les habitants dont le nombre dépassait les 10.000 se sont rassemblés pacifiquement devant le gouvernorat pour exprimer leur frustration et réclamer leur part de développement à l’instar d’autres régions du pays».

Le degré de répression de l’ère Ben Ali dépassé

«Encouragées par les provocations du gouverneur qui refuse le dialogue, les forces de l’ordre ont réagi d’une manière on ne peut plus brutale dépassant le degré de répression de l’ère Ben Ali (l’ancien président dont le régime a chuté en janvier 2011 après un soulèvement populaire)», s’est-il insurgé.

Le mouvement de protestation s’est étendu à plusieurs villes de la région dont Gaâfour, Makthar et Bouarada.

A Tunis, quelque 200 manifestants dont des syndicalistes et des représentants de la société civile, se sont rassemblés devant le ministère de l’Intérieur pour protester contre « la répression » dont ont été victimes les habitants de Siliana.

Sources : SIPA / 20minutes / Le Journal du Siècle



Catégories :Manifestation, Tunisie, Violences

Tags:, , ,

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :