Budget européen : les 27 se séparent sans accord

La France n’a pas réussi à isoler le Royaume-Uni. L’axe franco-allemand en ressort éreinté. Un second sommet est prévu en janvier.Au bout du compte, c’est Angela Merkel qui a fait la différence. Liant tout accord à davantage d’économies budgétaires et refusant par-dessus tout d’isoler David Cameron, la chancelière a scellé l’impasse du sommet de l’UE sur le budget.

En pratique, les Européens divisés sur une ligne nord-sud, devront presque reprendre à zéro lors d’un second sommet extraordinaire «au début de l’année prochaine». L’échec de ce rendez-vous à vingt-sept, censé fixer le cap budgétaire jusqu’en 2020, fait une victime immédiate: l’Europe. Elle se retrouve privée de certitude sur ses trois grands leviers d’actions: l’investissement pour la croissance, le soutien aux pays de l’UE moins avancés et la politique agricole commune.

Les institutions n’en sortent pas non plus indemnes. Faute d’avoir réussi à concilier les contraires, le président du Conseil Herman Van Rompuy émerge les mains vides. L’axe franco-allemand, déjà paralysé sur la Grèce et sur l’union bancaire, en ressort éreinté. Hollande a obtenu, sur le papier, la remise en cause d’une partie des coupes programmées dans les aides à l’agriculture. Avec l’Espagne, l’Italie, la Pologne et une partie de l’Europe orientale, il a fédéré des mécontents de l’austérité. Mais c’est tout sauf un acquis définitif. Et dans la dynamique européenne, la France voit se dresser sur sa route un couple troublant: un duo Berlin-Londres, déjà gratifié du nom de «Merkeron».

David Cameron, que Paris semble avoir sous-estimé, rentre à Londres avec plusieurs cartes en main. À destination du Parlement et du public britannique, il ramène la quasi-certitude d’un gel, voire d’une baisse du budget de l’UE en dessous de la barre des 1000 milliards d’euros. Le fameux rabais britannique n’est pas remis en cause. «Nous n’avons pas d’accord, mais nous avons stoppé un accord inacceptable», conclut-il.

Le premier ministre n’a pas eu à user de son veto, signal redouté d’une vraie rupture avec le continent. Il a trouvé avec les Pays-Bas et la Suède des alliés déterminés. Et pour finir l’Allemagne, trésorière de l’Europe, a fini par le rejoindre – au moins pour le principe – sur la nécessité d’économies supplémentaires. «Nous pouvons aller plus loin dans les coupes», a reconnu le président Van Rompuy.

Sources : Le FigaroLe Journal du Siècle



Catégories :Economie, Euro, Europe, Finance, PAC

Tags:, , , , , , , , ,

3 réponses

  1. harmonisation des salaires, sociales… vers le haut et non le contraire, chacun veut sa part du gateau sans rien faire pour l’autre au non de quoi la COMPETITIVITE on ne pourra pas jamais être compétitif comme les chinois, indiens,… qui n’ont pas les mêmes droits que nous.

    j’aimerai savoir combien ça a couté à l’Europe (NOUS) ce petit sommet?

    Ceux sont des guignols qui n’ont aucun respect pour ceux qui se lèvent le matin et rentre tard le soir et après une dure vie de labeur ils veulent encore nous travailler plus longtemps et sucrer un peu plus nos retraites. ils nous prennent pour des jambons en nous racontant que les caisses sont vides. l’argent prélever ne part pas au bon endroit nous passons notre tps à travailler pour engraisser des rentiers qui n’ont jamais bossé de leur vie.

    Une autre petite question pour combler mes lacunes: pourquoi le Royaume Unis est présent alors qu’il ne fait pas partie de l’ Europe?

    Dernier point qui est le plus important à mon sens: LA FINANCE. pourquoi on ne met pas en taule toutes les personnes qui spéculent sur les matières premières (pétrole, blé, riz,…) parce que c’est légal vous me direz?
    Alors les gouvernements sont complices par consequent avant de dire que nous sommes en démocratie il faut bien penser à la signification de ce mot.IL EST L HEURE DE RALLUMER LES BUCHETS, REMETTRE UN PEU DE GRAISSE ET D’AFFUTER LES LAMES DES GUILLOTINES…

    un artisan menuisier en colère ET DESOLE POUR LES FAUTES.

  2. Un échec de plus à verser au crédit de cette Europe qui ne reconnaît plus ses peuples. La nouvelle Europe est à reconstruire sur les bases de son origine et sur le seul axe de la coopération dans le respect de la diversité des peuples qui la composent

  3. L’UE est une véritable tour de Babel .

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :