Russie : Poutine mène l’assaut contre les opposants

Une cascade de lois répressives viennent d’être adoptées par la Douma pour museler la contestation.

Depuis deux semaines, les parlementaires russes sont engagés dans une course législative effrénée, qui semble poursuivre un seul but: dissuader l’opposition à Vladimir Poutine de se mobiliser. Vendredi, juste avant la clôture de la session d’été, la Douma votera en dernière lecture un projet de loi visant à imposer des contrôles stricts aux «agents de l’étranger» tels que seront désormais définies les ONG «politiques» recevant des subsides de l’étranger.

Le même jour, sera discuté un texte visant à durcir la répression du délit de «diffamation». Ce dernier, dont le président Medvedev avait, en décembre 2011, retiré toute qualification «pénale» pour le considérer comme une simple violation «administrative», refait son apparition dans le Code pénal. Avec un durcissement des amendes à la clé: plusieurs millions de roubles, contre quelques milliers auparavant. Les organes de sécurité seraient eux-mêmes en droit de poursuivre n’importe quel porteur de pancartes proclamant par exemple, à l’instar des slogans de l’hiver dernier, que Russie unie est le «parti des escrocs et des voleurs». Enfin, mercredi soir, les députés ont définitivement voté la loi renforçant le contrôle sur Internet qui, sous prétexte de sanctionner l’apologie du suicide ou de la pédophilie, en viendrait à censurer la Toile. Cette avalanche de textes fait suite à la loi, votée le 5 juin, qui renforce les sanctions contre les participants à des manifestations non autorisées.

Fait inhabituel en Russie, les réactions de la société civile ont été très vives. Les rares journalistes indépendants évoquent «la mort» de leur profession. Le site Wikipédia russe s’est mis en grève pour protester contre la loi sur Internet. Google et le moteur de recherche russe Yandex ont protesté. Plusieurs ONG, comme Transparency International (lutte contre la corruption) ou l’institut Sakharov des droits de l’homme, ont annoncé leur refus de s’enregistrer sous le libellé «d’agents de l’étranger». Presque tous s’offusquent de ces lois écrites «à la va-vite», qui feraient bondir n’importe quel juriste occidental. Mikhaïl Fedotov, le conseiller pour les droits de l’homme auprès du Kremlin, s’est époumoné. Mais, en présence de Vladimir Poutine, cet homme affable a dû manger son chapeau.

Un automne agité

Mardi soir, le chef du Kremlin avait invité les parlementaires à accélérer l’examen des textes, rappelant le fameux dicton russe: «Qui paie, commande la musique». Pour lui, les Américains financeraient des ONG russes dans le but de déstabiliser le gouvernement. Qu’ils émargent à Russie unie ou aux partis d’opposition légaux, les députés ont voté la majorité de ces lois, pratiquement comme un seul homme.

«Le réflexe des parlementaires est logique: ces derniers obéissent, par peur des représailles exercées par Poutine, mais ils sentent également que le pouvoir peut s’écrouler», explique Lilia Chevtsova, politologue à l’institut Carnegie. Selon les experts, le pouvoir se dépêche de serrer les vis en prévision d’un automne agité, au cours duquel sont prévues des augmentations de prix et une détérioration de la situation économique. Cette réaction, selon eux, ne peut conduire qu’à une radicalisation de l’opposition, qui prévoit de se mobiliser à la rentrée. En attendant, un Comité du 6 mai vient de se créer, qui appelle le 26 juillet à une action de soutien aux manifestants poursuivis ce jour-là pour «organisation de troubles massifs».

Source : Le Figaro

A lire aussi : L’Internet russe bientôt semblable à l’Internet chinois ?



Catégories :Austérité, Censure, Démocratie, Espionnage, Internet, Propagande, Russie, Sécurité, Surveillance, Terrorisme

Tags:, , , , , , , , ,

6 réponses

  1. Le Centre Carnegie de Moscou a été fondé en 1993 en tant que section de la Fondation Carnegie pour la paix internationale fondée en 1910 par Andrew Carnegie en tant que centre indépendant de recherches pour les relations internationales. Les spécialistes du centre de Moscou étudient les questions les plus importantes de la politique intéri­eure et extérieure de la Russie. Il rassemble des informations sur les problèmes du développement du pays et publie des livres (recueil d’articles, monographies, ouvrages de référence), des périodiques, une revue trimestrielle, «Pro et contra», et la série «Working papers». Il organise régulièrement des conférences. La Fondation est financée par des firmes importantes comme BP, General Motors, Ford, Mott, de même que par Soros, Rockefeller, le Pentagone, le Département d’Etat et le ministère des Affaires étrangères britannique.
    La directrice en était jusqu’ici Rose Goettemoeller, ancienne collaboratrice de la RAND Corporation et actuelle ministre américaine adjointe des Affaires étrangères.
    Les représentants du monde russe des affaires au conseil de surveillance sont Piotr Aven, Sergueï Karaganov, Boris Nemtsov, Grigori Javlinski et Evgueni Jasine, président de l’Université économique de Moscou. Les collaborateurs de premier plan sont Dmitri Trenine, qui travaille également pour Radio Free Europe et Radio Liberty, et Lilia Chevtsova, tous les deux étant régulièrement invités à l’Ouest pour expliquer que la Russie restreint les libertés démocratiques. Les recherches du Centre de Moscou sont beaucoup utilisées par les classes politiques russe et occidentale. Le travail du Centre est soutenu par la centrale de Washington grâce à un «Programme Russie et Eurasie».

    Juste pour infos ^^

    J'aime

  2. Ça ne veut pas dire que j’ approuve la Censure. Mais il fallait quand même le dire.

    J'aime

  3. les opposant russes veulent la soumission de la Russie à l’ Amérique et au mondialisme. Les opposants russes sont noyautés.

    J'aime

    • L’épuration/invasion d’une partie de la Georgie par Poutine, aux seules fins d’avoir une emprise sur l’Europe aussi ??? C’est facile de mépriser la contestation qu’elle soit, en la disant manipulée…comme si l’opposition n’était finalement composée que d’imbeciles incapables de penser et d’agir par eux même…Demander l’avis d’un georgien..ou d’un tibetain( Chine Urss même combat) pour ne parlez que de ceux là!

      J'aime

      • Excusez la coquille..rectif: pour ne parler que de ceux là

        J'aime

      • Va falloir penser à nous lâcher un jour avec le Tibet !

        Plutôt que de répéter, tel un perroquet décérébré la propagande des médias alignés, penchez vous sur l’histoire commune du Tibet et de la Chine, ainsi que celle du « gentil » Dalaï Lama, vous pourriez être surprise.

        Tout ce que fait Poutine, est fait dans le but de préserver la souveraineté de la Russie face à l’ogre Otan. Peu importe que certains estiment que se soit mal ou pas. Il connait l’ennemi et il connait les parades.

        J'aime

Répondre à Albert L Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :