Espagne : Nouveau plan d’austérité de 65 milliards d’euros

L’austérité est bel et bien entrée en Espagne, ce mercredi 11 juillet.  Malgré l’adoption en début d’année de 48,5 milliards d’euros de mesures d’économies pour l’exercice en cours, le chef du gouvernement conservateur, Mariano Rajoy, a dû annoncer au Congrès des députés, 65 milliards d’euros d’économies pour 2012, 2013 et 2014, comprenant des augmentation des taxes et des coupes budgétaires.

Le Premier ministre Mariano Rajoy a déclaré devant le Parlement que l’avenir du pays était en jeu, alors que l’Espagne affronte la récession, un déficit gonflé et une inquiétude des investisseurs face à sa dette souveraine.

« Nous vivons un moment crucial, qui déterminera notre avenir et celui de nos familles, de notre jeunesse et de notre Etat providence », a souligné Mariano Rajoy. « C’est la réalité, il n’y en a pas d’autre et nous devons sortir de ce trou, et nous devons le faire aussi vite que possible ». « Il n’y a pas d’espace pour le fantasme ou des improvisations parce qu’il n’y a pas le choix », a martelé le Premier ministre espagnol.

Pour se faire, une hausse de la TVA : le taux général passe de 18% à 21%, le taux réduit (qui s’applique notamment au tourisme, secteur clé pour l’Espagne) passe de 8% à 10% et le taux super réduit (pour les produits de première nécessité comme le pain, le lait ou les oeufs) reste à 4%.

C’est aussi la baisse des allocations chômage de 60% à 50% du salaire à partir du 6e mois pour «stimuler la recherche d’emploi». C’est encore la suppression de la prime de Noël, une sorte de quatorzième mois, pour tous les fonctionnaires, les députés et les sénateurs.

Mariano Rajoy a annoncé bien d’autres mesures d’économies, dont une restructuration «drastique» du secteur public espagnol (notamment les entreprises publiques), taxé de pléthorique et de redondant. Rien qu’en appliquant dans ce pays quasi fédéral le principe «une administration, une compétence», le gouvernement compte économiser 3,5 milliards d’euros.

Les ministères subiront une nouvelle cure d’austérité de 600 millions d’euros après avoir perdu en moyenne 17% de leur budget depuis le début de l’année. Les subventions accordées aux syndicats et aux partis politiques baisseront de nouveau de 20%, totalisant une réduction de 40%.

Les impôts sur le tabac vont augmenter et l’impôt sur les société sera encore modifié. La déduction fiscale pour l’achat de la résidence principale est supprimée, six mois après avoir été rétablie par ce même gouvernement.

Source : Les Echos / Romandie



Catégories :Austérité, Banques, Economie, Espagne, Euro, Finance, Pacte Budgétaire Européen, Rigueur

Tags:, , , , , , ,

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :